À propos de l'œuvre

image

Interweave (2012) est une oeuvre multimédia composée de câbles Internet entrelacés, d'une longueur initiale de 70 mètres et reliés à un routeur d'accès Internet. Ces câbles internet, entrelacés de manière particulière, forment des noeuds caractéristiques, toujours connus sous le nom de scoubidou et qui étaient très populaires chez les enfants dans les années soixante.

Nouer des câbles épais représente une opération intense, qui exige de la concentration et de la précision. La mise en scène et l'agencement des câbles et du noeud ne sont pas le résultat du hasard, mais au contraire représentent un aboutissement illuminé d'une façon spécifique. A chaque fois, l'artiste essaie de créer de nouvelles histoires en variant le choix des matériaux et l'agencement de sa sculpture. L'emplacement central de la boucle dans la nef du bâtiment renforce l'aspect théâtral de l'oeuvre qui rappelle aux Gantois l'événement de 1539, au cours duquel Charles V humilia les notables têtus de Gand en les obligeant à porter un garrot au cou. Fièrement, ils refusèrent d'accepter les exigences abusives du souverain. À Gand, le garrot devint le symbole de la résistance contre toute forme de tyrannie et d'autorité déplacée. Chaque année, cet événement est commémoré par la confrérie des garrotés qui portent ce sobriquet avec honneur.

Interweave résume l'idée de connexion, appartenance dans un contexte transfrontalier et cross-média.